photo

Concilier études et CNSMDP.

Un sujet d’actualité en cette période de vœux post-BAC à télécharger ici : Concilier Etudes et CnsmDp

 

CONCILIER SES ETUDES A L ‘UNIVERSITE ET AU  CNSMDP

 Depuis la rentrée 2009, la licence « Arts du spectacle – Danse », proposée par le Département Danse  de l’Université Paris VIII, est désormais plus accessible aux danseurs qui, comme les élèves du CNSMDP, sont déjà engagés dans une formation aux  horaires  contraignants  : les conventions signées avec le CNSMDP,  mais  aussi avec le CNDC d’Angers, permettent aux élèves  de  ces deux écoles d’obtenir l’équivalence des deux premières années d’Université pour entrer directement en L3.  Les deux semestres de cours qu’ils doivent alors valider à l’Université viennent compléter leur formation en vue d’acquérir une licence complète, reconnue au niveau européen dans le cadre du LMD (Licence-Master­ Doctorat).

 

Cette offre de diplôme universitaire  est toutefois  soumise à une condition : pour obtenir la licence,  les  élèves doivent avoir conjointement leur diplôme de Ier cycle complet du Conservatoire (DNSP Danseur). Mais il n’est pas besoin d’attendre la fin de la formation dispensée au CNSMDP pour suivre les deux semestres de cours à l’Université. Dès la 3° année, tout élève qui vient d’avoir son baccalauréat peut s’inscrire à Paris VIII pour suivre les cours de façon à pouvoir étaler sur une année ou plus sa fonnation  universitaire.

 

Pour tenir compte des emplois du temps du CNSMDP, le Département Danse a placé les cours le matin. Les  six cours sont répartis chacun en 13 séances de 3 heures ; les étudiants sont évalués en contrôle continu (deux travaux à rendre par cours) et, en cas d’absence pour répétitions ou tournées, ils peuvent avoir à leur disposition, pour certains cours, un enregistrement.

 

Quatre cours sont communs à tous les étudiants : méthodologie de l’écrit, histoire de la danse, introduction aux discours sur le corps et analyse d’œuvres chorégraphiques.

 

Deux cours sont laissés au choix de l’étudiant : l’un des deux peut être pris dans un autre département,  l’autre, cours annuel assuré tous les quinze jours, est une Unité d’Enseigncment « Terrain » qui consiste soit en des  stages orientés vers la pédagogie soit en des cours théoriques (comme « la scène et les technologies numériques »).

 

On ne peut qu’inciter les élèves du  CNSMDP  à  suivre cette formation, essentielle pour approfondir la réflexion qu’ils mènent sur leur  pratique, dans un cadre à la fois universitaire et très ouvert sur le monde  professionnel. Créé il y a vingt ans par le philosophe Michel Bernard, le Département Danse de Paris VIII accueille beaucoup de chorégraphes qui viennent enseigner et animer des ateliers de création. Le travail de recherche, déjà présent dans la formation de L3, peut être poursuivi pour un Master et même un Doctorat, encadré par une équipe pédagogique composée d’enseignants chercheurs et de danseurs professionnels. Le public étudiant offre lui aussi une diversité stimulante ; la plupart viennent de sciences humaines et certains de classes préparatoires. Autant de sources d’enrichissement et de rencontres pour les élèves danseurs et une belle occasion de se doter d’outils pour réfléchir à son avenir.

 

Clara Assayas

Comment se fabrique une pointe et comment la choisir ?

Les différentes parties qui composent une pointe et leur importance pour le travail de ballerine.

COMMENT SE FABRIQUE UNE POINTE?

Chausson : Sorte de chaussure plate  des danseuses adhérant parfaitement  au pied, en coutil ou en satin, à semelle de cuir léger, à bout renforcé ou pointe,  munie de rubans qui permettent  le laçage autour de la cheville. (Larousse)

 Sur pointe, le pied de la danseuse peut exécuter un mouvement par  seconde voire plus, lors de chorégraphies très rapides (Balanchine) : le pied doit avoir une certaine souplesse et rapidité. Un chausson peut avoir plusieurs degrés  de  dureté  de  semelles,  plusieurs variétés   de   largeurs   et   de   hauteurs d’empeigne.

A télécharger ici, l’article complet : Comment se fabrique une pointe

 

 

 

Faire des études par correspondance lorsque l’on est au CNSMDP.

Quelques conseils augmentés d’un témoignage autour du délicat sujet des études par correspondance. A télécharger ici : CNED.

LE CNED :RETOUR D’EXPERIENCES SUR L’ENSEIGNEMENT  A DISTANCE

 Vous envisagez cette forme d enseignement au regard des circonstances (éloignement, choix particulier d’options, convalescence …), vous vous posez des questions sur cette formule. Nous avons rencontré des parents dont les enfants étudient ou ont étudié au CNED et leur avons posé quelques questions : quels sont les points positifs, les risques, l’assistance, la préparation  au bac et la vie sociale  ?

Voici quelques informations pratiques et le  témoignage  de deux parents d’élèves : Eva en 1ère L, Sélène en 2″de professionnelle  

 

Clara Assayas maman d’Eva 3ième année du cursus Contemporain :

Nous avons été réellement surpris par la qualité des corrections effectuées : sur les devoirs retournés figurent des commentaires détaillés, argumentés pour guider l’élève. On ressent une réelle implication des professeurs qui répondent rapidement par mail. Il est facile de joindre les services du CNED par téléphone et ils font preuve d’une réelle écoute. Le iythme de 4 devoirs par quinzaine est tenable. Ce mode d’enseignement convient bien à des enfants mûrs et organisés. Le peu de contrôles imposés par le  CNED  suppose  de travailler régulièrement, d’anticiper sur les échéances mais pennet aussi une certaine souplesse face à des événements notamment artistiques (Events..). Les élèves  doivent  gérer seuls leur calendrier : la préparation à l’écrit du bac se fait au en réalisant les devoirs dans le temps imparti pour l’examen. Des sessions d’entraînement à  l’oral sont organisées dans les grandes villes. A l’issue de ce premier trimestre, il ne me semble pas que ma fille soit coupée des autres élèves car elle retrouve sa classe de danse chaque jour et dégage du temps pour voir ses amies. Cette formule lui apporte un plus grand confort de vie : du sommeil supplémentaire,  plus  de  temps pour déjeuner et récupérer de l’effort physique. C’est une expérience en tous points concluante que nous envisageons de poursuivre l’année prochaine et qui prépare bien à l’autonomie qu’exige  l’enseignement  supérieur.

 

 

Mme Grazia Azzoulai, maman de Sélène ième année du cursus Classique :

Sélène est inscrite au CNED cette année pour l’italien. C’est très bien, compte-tenu de ce que je peux  corriger  Sélène  à l’oral puisque je parle moi-même italien. La formule convient bien pour étudier une matière supplémentaire.  Pour  les matières  professionnelles  de  type  comptabilité, informatique, le CNED est moins adapté, car il me semble nécessaire de pouvoir apporter un soutien à la maison par l’intervention de professeurs ou des parents. Des organismes tels que Les cours Legendre et Acadomia dont le montant des cours peut  être déduit à 50% des impôts apporte une solution complémentaire

idéale. Sélène ressentait en effet  moins de stress l ‘année dernière en 3c mais se sentait par contre un peu coupée du monde au niveau social. C’est pour cette raison que Sélène est revenue dans un cursus normal cette année. Le CNED ne vaut selon moi au niveau du collège  que pour  des  enfants  ayant déjà de bonnes moyennes. Un devoir envoyé par courrier, revient corrigé 15 jours après par internet et un mois après par courrier. Et il y a beaucoup à lire.

En conclusion ce système est valable pour des enfants très autonomes qui sont en grande partie capables de se gérer eux mêmes. Autrement il est indispensable que les parents ou des cours de professeurs soient là en soutien.

 

LE CNED EN PRATIQUE :

Comment s’inscrit-on au CNED ?

 La pré-inscription se fait via un formulaire sur le site du CNED. On doit fournir un exeat de l’établissement scolaire d’origine et une lettre de demande motivée. Cette  pré­ inscription se fait en juin mais est aussi possible dès les premiers jours de septembre. L’accord est  subordonné  pour tout élève de moins de 16 ans à l’avis  de  l’inspecteur d’académie. Une attestation d’inscription au CNED visée par le recteur est envoyée en retour (le CNED est considéré comme une académie spécifique).

Comment se passe une année scolaire au CNED ?

 En septembre, on reçoit un colis comportant pour toutes les matières : la totalité des cours de l’année reliés et accompagnés pour les langues de DVD sonores. Il y a également un livret de devoirs, une méthode, une boite à outils. Pour l’enseignement des langues, un enregistrement de voix est possible,  la correction en retour précise les erreurs d’accent, quelques séances de cours sont proposées dans des centres.

Le nombre de devoirs est fixé à l’avance. Le travail peut se faire par internet ou par  courrier  (carte  de  géographie, courbes) sur une période de temps donnée.  Les  corrections sont étayées, explicites et reviennent dans un délai court. Une relance est faite si le nombre de devoirs retournés est inférieur à 3 sur 4.

Les parents reçoivent par courrier le bulletin trimestriel , par ailleurs consultable sur le site dans un espace réservé où figure également le détail des notes. Les échanges se font via Internet soit dans le cadre de forums de classe, lieu de conversations à bâton rompu soit directement  auprès  du  professeur responsable qui répond aux questions en ligne.

Muriel Bosseti et Maryse Joly